Bouclier tarifaire 1

EnergyGo décrypte : Le Bouclier Tarifaire

 Depuis plusieurs mois, l’Europe connaît une forte augmentation des prix du gaz et de l’électricité. Cette hausse s’explique par les facteurs suivants :

  • L’augmentation des coûts d’approvisionnement d’Engie, principal fournisseur d’énergie avec EDF en France,
  • Mais aussi la fermeture de nombreuses centrales nucléaires entraînant une baisse considérable de la production d’électricité dans le pays.

Afin d’endiguer cette crise énergétique, des solutions ont été déployées par l’Etat pour préserver les ménages français. Si des alternatives existent déjà comme l’énergie solaire photovoltaïque, le gouvernement a décidé de mettre en place une initiative profitable aux ménages répondants à des critères spécifiques : le Bouclier Tarifaire.

Qu’est-ce que le bouclier tarifaire ?

 Dès octobre 2021, l’ancien Premier Ministre Jean Castex a annoncé la mise en place d’un nouveau système visant à faire barrage à la hausse des prix de l’énergie : le bouclier tarifaire. Ce dispositif visait également à canaliser les risques de tensions sociales dues à l’inflation.
La France fait partie des premiers pays à avoir instauré une telle mesure : près de 16 milliards d’euros ont été mobilisés pour ce nouveau dispositif creusant ainsi la dette publique et posant la question de sa pérennité.

Comment bénéficier du bouclier tarifaire, quels avantages ?

Comme tout dispositif, pour en bénéficier il existe quelques conditions à remplir.

Pour le gaz naturel :

  • Il faut avoir adhéré au tarif réglementé du fournisseur Engie ou à d’autres entreprises locales de distribution. C’est le cas actuellement de près de 2,8 millions de ménages français.
  • Ou avoir souscrit à une des offres aux prix indexés présentes sur le marché comme 2 millions de ménages.

Ce sont donc 4,8 millions de ménages français qui bénéficient du bouclier tarifaire gaz.
Cependant 5,9 millions de ménages ne rentrent pas dans les critères requis et ne peuvent donc pas en bénéficier.

Pour l’électricité :

  • Il faut avoir souscrit au tarif réglementé de vente pour bénéficier du bouclier tarifaire électricité.

Il existe d’autres cas rentrant dans les conditions de ce dispositif :

  • Particuliers et petites entreprises consommant moins de 150 MWh/An et ayant un contrat direct de gaz sont également éligibles au bouclier tarifaire gaz.
  • Depuis le 16 février 2022, les copropriétés, les logements sociaux ainsi que les logements chauffés par un réseau de chaleur sont désormais inclus.

La conférence de presse sur la situation énergétique animée par Élisabeth Borne le 14 septembre dernier a aussi mis en lumière d’autres mesures complémentaires à venir :

  • Les foyers plus modestes pourront percevoir un chèque énergie à hauteur de 100 à 200 euros (selon revenus) dès la fin de l’année.
  • Les ménages chauffés au fioul et au bois auront également droit à une subvention n’étant pas éligibles au bouclier tarifaire.

Initialement prévue d’octobre 2021 à avril 2022, cette mesure a été prolongée à date au 31 décembre 2022. Les Français éligibles au bouclier tarifaire gaz ont donc été mis à l’abri de toutes les augmentations ayant suivi, soit 30 %.

Bouclier tarifaire 3

Le prix de l’électricité a lui été plafonné à 4 % grâce au bouclier tarifaire électricité limitant ainsi la hausse. Durant l’année 2022, le coût de la facture est présumé à 1 889 €, plus de 250 € plus cher qu’avec le bouclier tarifaire électricité estimée elle à 1 624 €.

Bouclier tarifaire 2

Le bouclier tarifaire est une solution d’urgence mise en place par l’état en vue de réfréner l’explosion des prix qui sévit depuis quelque temps. Malheureusement, à mesure que cette crise persistera, le bouclier tarifaire deviendra moins efficace. Dès 2023, des hausses de tarifs ont d’ores et déjà été annoncées et le bouclier tarifaire pourrait continuer à décroître au fil du temps menant le gouvernement à devoir faire des choix pour l’avenir.

 

Source : Rapport CRE 2021

Article publié le 23 septembre 2022